Guide pratique Iran

L’Iran, tel un tableau de points jaunes représentant le sable du désert d’un côté, des courbes rougeâtres montagneuses de l’autre, le tout recouvert d’un ciel bleu, couleur emblématique du pays que l’on retrouve dans son architecture …

L’excitation mêlée à la fascination nous ont conduit sur une partie de la route de la soie à la découverte de la Perse d’antan.

On se pose un certain nombre de questions avant de se rendre en Iran, une destination qui ne rassure pas de prime abord : situation géographique (entre l’Afghanistan et l’Irak), sa politique, son embargo …

 

Rassurez-vous, ce voyage a été préparé en moins d’un mois, nous sommes partis avec deux enfants (4 et 6 ans) et nous sommes revenus sains et saufs et avec pleins de beaux souvenirs en prime!

Voici un guide qui répondra peut être aux questions qui vous turlupinent avec des conseils, des adresses, des itinéraires et pleins d’autres découvertes.

06102017-Sreet art présentation.jpgStreet Art _ Téhéran

Guide / Lecture

Le choix de notre guide de voyage était très limité au moment de notre départ: Lonely Planet 2012 ou un Petit Futé pas top du tout ! J’ai opté pour le « Bradt Iran » éditeur Anglais donc version en Anglais IoI. Je l’ai trouvé pas mal du tout, précis, instructif et détaillé.
Pour info : Le nouveau Lonely Planet est sorti en Octobre 2017.

Amin Maalouf avec « Samarcande » m’a accompagné pendant mes longues heures de bus. Le voyage fictif à travers ma lecture s’est avérée réelle tout au long de mon périple …

Formalité

Avant le départ
*Imprimer votre assurance voyage. Pour se faire, appelez le numéro de téléphone inscrit sur votre carte bancaire pour connaître la marche à suivre.
Pour une visa c’est très simple, il faut se rendre sur le site www.votre-assistance.fr et suivre les instructions.
Si vous n’avez pas ce document, il faudra en acheter une à l’arrivée, le coût est de 30 euros.

A l’aéroport
Plus besoin de se soucier du visa au préalable, les aéroports internationaux de Téhéran, Shiraz, Isfahan, Tabriz, Bandar Abbas entre autres le délivrent sur place.
Pour nous, atterrissage à Téhéran, je ne vous raconte pas la galère, la plupart des vols arrivent au milieu de la nuit, on se retrouve dans une queue qui peut durer deux bonnes heures.

Par étape 
1° Se rendre au guichet qui nous remet un papier et vérifie (sans vraiment regarder) votre assurance, si vous n’en n’avez pas il faut aller à un bureau 10 mètres plus loin en acheter une à 30 €.
2° S’acquitter de la somme de 75 € pour un visa valide 30 jours.
3° Patienter. (grâce aux filles nous obtiendrons le sésame en seulement 30 minutes).
4° Faire la queue pour passer les douanes. Petit conseil ,ne prenez pas la queue juste devant le bureau des visas, revenez sur vos pas et passez par les douanes pour étrangers juste à côté de celle des locaux, il y avait moins de monde.
5° Prendre un Taxi, l’officiel coûte +/- 750 000 Ryals (15 Euros) et pour les taxis clandestins comptez environ 400 000 Ryals (8 Euros).

Info: Pour le retour nous avons pris un « savari », un taxi partagé 200 000 Ryals/ Pers soit 4 Euros jusqu’au métro. Nous avons également remarqué des mini bus collectifs qui doivent coûter encore moins cher. Il faudra vous frayer un chemin au milieu des chauffeurs de taxis fâchés de ne pas vous avoir attrapé.

L’aéroport se trouve à une cinquantaine de kilomètres du centre ville de Téhéran.

06102017-Palais du Golestan téhéran.jpgPalais du Golestan _ Téhéran

Quand s’y rendre

Printemps, d’après les locaux « the best to go », le climat est top en plus de profiter de beaux paysages fleuris et verdoyants.
Automne,
est également la saison haute à partir de mi septembre, les grosses chaleurs ont été remplacées par des journées plus fraîches. Notre séjour du 06/09/17 au 26/09/17 a démenti ces habitudes, car nos 10 premiers jours étaient à 35°, d’après les Iraniens ces chaleurs sont inhabituels pour cette période. Comparé au Printemps les paysages sont plus arides.
Hiver, pour ceux qui veulent des sensations froides, les températures passent en dessous de la barre des 0° dans les terres et – 25° en altitude.
Eté, pour avoir une idée, imaginez vous dans un hammam qui peut monter à 50° mais toute la journée !

Quelque part dans la province du Kurdistan Iranien

Transport

Notre vol : Compagnie Alitalia _ Paris/ Téhéran (escale d’1h à Rome) 240 Euros AR /Pers et réservé 10 jours avant le départ (Septembre).

Autres compagnies:  Pour les vols directs : Air France, Iran Air ou Mahan Air via un intermédiaire comme « Go voyages » car impossible de réserver en direct sur le web.
Toujours fidèle à Skyscanner pour le comparateur de vols. D’autres vols sans escale comme Turkish Airlines…

Se déplacer dans le pays

Autocars : Mode de transport le plus pratique et accessible qui dessert tout le pays. Les cars VIP sont climatisés et confortables pour un prix dérisoire, 4h de trajet à 3€
Train : Pas utilisé, plus lent que les bus mais peuvent être une bonne alternative pour des trajets de nuit en couchette.
Savari : Taxi collectif, il faut attendre que la voiture soit au complet avant de partir, prix intéressant.
Mini bus: Le moyen de transport le moins cher.
Taxi : Déplacement dans la ville, il faut compter entre 1 et 3 euros la course.
Les locaux: Eh oui, étonnement on nous klaxonnait souvent, on a vite compris que ces « Uber » non déclarés sont un mode de transport à part entière. Pour l’avoir testé, il arrive souvent que ces chauffeurs ne connaissent pas les petits hôtels et vous demandent plus que le prix de la course prévue initialement. Paradoxalement, certains nous ont transporté juste pour nous rendre service sans contrepartie.
Chauffeur à la journée 
: En fonction de vos talents de négociateurs, entre 30 et 50 euros la journée. Nous avons payé 35 euros pour de grosses journées de 10 heures !
Vol interne : Je conseille de passer par une agence de voyage locale un Téhéran/Shiraz comptez – de 50€.
 

Je crois qu’on a presque tout essayé de la bétaillère en passant par les mini bus, les savaris jusqu’aux chauffeurs privés …

Logement

Nous avons favorisé des hébergements moyen de gamme ++, négociés à 35€ la chambre familiale (Prix initial 50 Euros). Pour autant le rapport qualité/Prix n’est pas du tout au rendez-vous. Les chambres et sanitaires n’étaient pas très propres. Nous sommes loin du niveau de prestation auquel on peut prétendre en Asie du Sud Est ! Certains hôtels totalement désuets pratiquent des prix surévalués pour le service offert.

Auberge de jeunesse ou « mosaferkhuneh », le logement le plus économique, il faudra se contenter du stricte minimum, lit en dortoir à partir de 10/15 euros. Pas adapté aux familles car une chambre plus confortable nous revenait moins chère.

Hôtels, les plus luxueux sont de anciens palais convertis, les prix sont très hauts plus de 150€ la nuit.
La catégorie moyen de gamme, comptez 30 à 40 euros la chambre double (prix que nous arrivions à obtenir pour une chambre familiale après négociation).
Pour exemple, un hôtel de standing à Ispahan payé 60€ la chambre familiale (4 lits) négocié à la réception alors qu’un couple de français rencontré avait payé 65€ la chambre double en réservant à l’avance.

Nb : Attention, les prix sont majorés pour les pigeons (étrangers), la négociation sera donc de mise.

Chez l’habitant ou « Otagh », immersion et partage garantit avec les hôtes. Certains se réservent sur homestay ou encore airbnb.

Camping sauvage, déconseillé, surtout dans le désert par lequel peuvent transiter des narco trafiquants.

Caravansérail, original et très apprécié des touristes, ces anciennes maisons de caravanes qui servait de halte aux caravaniers sur la route de la soie. Divisés en 3 parties ; l’écurie, le magasin pour les marchandises et les chambres, ces hébergements sont un patrimoine antique de l’Iran.

Couchsurfing, le concept consiste à se faire héberger gratuitement chez l’habitant. Nous avons rencontré 4 français qui nous disaient avoir payé 10 Eur/Pers à Ispahan, cela s’apparente plus à une maison d’hôte.
En revanche à Téhéran cette pratique est plus respectée même si, interdite par le gouvernement qui ferme les yeux dessus.

05102017-Logement YazdUn vrai coup de coeur pour les Guesthouse et maisons historiques qui offraient un bon moment de quiétude dans ses cours intérieurs fleuris _ Yazd au Kohan Hotel

05102017-Logement kashan`Guesthouse _ Kashan au Ehsan Historical guest house


A respecter

Tenues vestimentaires

Mesdames, le voile est obligatoire, il est toléré de le porter comme les jeunes (surtout dans les grandes villes), d’une façon plus moderne où des mèches de cheveux restent apparentes. Les vêtements trop moulants sont à éviter.
Pour résumer : il faut tout couvrir exceptés les pieds, les mains et le visage qui restent donc visibles.

Messieurs, pour vous, pas de shorts seuls les pantalons sont autorisés ou pourquoi pas une robe traditionnelle pour être plus à l’aise.

Comportement

*Les Iraniens sont très romantiques, cependant les démonstrations en public comme les échanges de baisers ne se font pas et pourraient offenser.
* Dans les cars, les femmes et les hommes ne s’assoient pas à coté s’ils ne sont pas de la même famille.
* Dans le bus à Téhéran, l’arrière est réservé aux femmes et l’avant aux hommes que vous soyez de la même famille ou non.
* Dans le métro les 2 premiers et 2 derniers wagons sont exclusivement féminins et les intermédiaires mixtes.
* Pour saluer, les hommes et les femmes ne se font ni la bise et ne se serrent pas la main non plus.


Budget

Ce qui suit est très subjectif et a pour but de donner une idée de dépense à la journée. Le plus gros poste étant le logement pouvant aller d’un lit en dortoir à 10€, à l’hôtel haut de gamme à plus de 150€ la nuitée, à chacun sa bourse !
De notre coté, nous visions des hébergements « moyen de gamme élevés » que nous avons toujours négocié à la réception (jamais de réservation à l’avance) ce qui nous a fait bénéficier de bonnes réductions. Le rapport qualité prix des logements est très mauvais en Iran, du moyen de gamme élevé ne nous garantissait pas une qualité de service ni de propreté !

Par ailleurs nos têtes d’arabes nous ont beaucoup servi pour négocier des prix iraniens ou s’y approchant que ce soit pour les hébergements ou les visites.

Nb :
Toutes les visites étaient gratuites pour nos filles (4 et 6 ans) et pour les repas deux portions suffisaient pour nous 4.
Le budget ne se multiplie donc pas par le nombre de membres, et tous les logements sont prévus pour accueillir des familles (Chambre triple, quadruple et plus par moment).

Vol : 240 Euros aller retour /Personne au mois de septembre réserver 10 jours avant le départ.
Visa : 75 Euros / Personne
Trajet en bus 4h : 3 Euros / Personne
Repas dans un petit restaurant basique : 3 Euros / Personne
Repas dans un restaurant top : 10 Euros / Personne
Taxi en ville: 2 Euros
Logement : 35 Euros en moyenne la chambre familiale (Avant négociation 50€)
Chauffeur à la journée: 35 Euros

Dépense moyenne journalière pour 4 : 70 euros (logement + repas + déplacement, non compris les chauffeurs exceptionnels).

05102017-Invitation.jpgInvitation improvisée chez la famille de notre chauffeur (au milieu) avec qui nous a fait passer une excellente journée au Kurdistan. Les iraniens sont … « Très gentils, accueillants, hospitaliers, d’ailleurs en tant que française je pense qu’on devrait prendre exemple sur eux avec nos voyageurs de passage!

Monnaie / Carte Sim

Monnaie _ ryal ou toman, je ne vois pas d’autres solutions que ramener votre liasse d’euros, les distributeurs n’acceptant pas les cartes bancaires étrangères, embargo oblige.
On a trouvé assez facilement des bureaux de change aux taux plus avantageux comparés aux banques, aux hôtels ou même aux locaux qui changent dans la rue.
Nous avons tout payé en monnaies locales, il n’est pas du tout avantageux de payer en devises étrangères.
Question prudence, nous avons tout de même diviser notre argent en 3 parties 1/3 sur nous et 2/3 divisés dans nos deux bagages.

A noter : Les iraniens entre eux parlent en Tomans (il faut retirer un 0) et non en Ryals.
Perso, nous refusions de discuter un prix en USD, on leur disait : « non, non en Tomans svp ».

Taux de change en Septembre 2017 : 1 euros = 47 000 Ryals

Carte sim Irancell, on avait prévu de l’acheter à l’aéroport car ils parlent anglais ce qui facilitent, mais fermé à notre arrivée. Neuf jours plus tard nous l’achèterons à Kerman car pas évident d’en trouver et de tomber dans les heures d’ouvertures.
A noter,  l’activation prend 24 à 48h, comptez 300 000 Ryals pour 20 Go et un conseil demandez leur de vous la mettre en marche.

Fêtes et jours fériés

Pendant ces congés (comme partout ailleurs), les hôtels sont très fréquentés et plus chers donc prendre ces dispositions à l’avance. Voici quelques dates :

20 Mars : Noruz, le nouvel an du calendrier Persan et le premier jour du Printemps est fêté du 20 au 21 mars. Une période à éviter car pendant les 3 semaines de vacances, le pays tourne au ralenti. A moins de vouloir découvrir cette joyeuse célébration vieille de 3000 ans enracinée par les Zoroastriens.

Du 1er au 15 Septembre : Derniers congés avant la reprise de l’école où les iraniens profitent de la fraicheur après un été caliente pour voyager dans le pays. Nous y étions à ce moment et les hôtels étaient souvent complets en plus d’être chers.

Ramadan (pendant 28 jours) : Déconseillé car la plupart des restaurants sont fermés et inconcevable de manger en public pour les non-musulmans.

Moharram: Nous y étions une partie des 10 premiers jours où l’on commémore la tragique mort du vénéré Imam Hossein. C’est assez impressionnant dans les rues sont installées des hauts parleurs qui tournent en boucle le chant rituel au nom de Hussein avec le mouvement répétitif de coup sur la poitrine.

Religion

95% des iraniens sont Musulmans chiites. Les Sunnites sont essentiellement les kurdes qui habitent prés de la frontière Irakienne.

Mosquée présentation.jpg

Nourriture

Marché, suite à l’embargo, l’Iran à du apprendre à s’auto suffire. Pour cela, ils ont travaillé les terres (sans OGM) pour remplir les étales des marchés. Des produits bio, même, si pas très beaux !

Les repas ne sont pas très variés, on se serait cru à Oman ! Nous avons retrouvé nos fameuses brochettes de viandes (Kebab), aussi excellentes furent elles, au bout de 20 jours on sature.
C’est regrettable,  quand on connaît la richesse de la gastronomie Iranienne, les bons plats trop longs à élaborer sont réservés pour les occasions.

Quelques spécialités culinaires testés :

« Joojeh kebab », les fameuses brochettes de poulet légèrement citronnées cuites à la braise servies avec du riz. Déclinées en version agneau ou boeuf (bien plus fort).
« Gaymeh », une soupe de lentille mijotée avec de la viande de mouton.
« Dizi » ou « abgoosht », célèbre plat iranien servi dans un pot. Il faut couper du pain au fond du bol, verser le bouillon, les légumes et la viande puis écraser le tout …
« Kalam polo », spécialité de Shiraz à base de riz au chou blanc et à l’agneau.
« Lavach », pain traditionnel, galette trés fine, à déguster tout chaud à la sortie du four.
« Faloudeh », THE dessert à base de vermicelles glacés, jus de citron et eau de rose.
« Dough », la boisson nationale à base de lait fermenté (parfumé selon les régions), accompagne les repas.

Coté plages

Nous avons longuement hésité à savoir inclure 3 jours de plages ou non ? Les locaux nous ont dissuadé d’aller sur les plages Sud car la chaleur y était insupportable.
La Mer Caspienne dans le Nord, fera l’objet d’un prochain voyage en route vers la Chine…

Où se baigner :

  • L’ile de Kish, dans le Golfe Persique
  • L’ile de Qeshm, une nature plus pittoresque, un parc de tortue, la vallée des étoiles, la forêt Hara …
  • Mer Caspienne dans le Nord, la région la plus verte du pays.
  • Buscher dans le Sud Ouest qui ne nous attirait pas car proche d’un site nucléaire Russe.

Notre avis

Les + : Indéniablement la gentillesse des Iraniens, l’histoire du pays qui est très riche.
Le réseau routier et les bus confortables facilitant les déplacements dans tout le pays à moindre coût.  Le coût de la vie qui reste relativement bas.

Les – : Incontestablement la conduite et pourtant d’origine marocaine, je décerne la médaille d’or à l’Iran !
Les passages piétons sont ignorés, à chaque traversée de route, on risque notre vie.
Le manque de variété culinaire est regrettable surtout quand on reste 20 jours !
L’hygiène (dans les toilettes publiques entre autre) et le mauvais rapport qualité/prix dans les hébergements.
La différence de prix entre Autochtones/Touristes, que ce soit pour les visites, l’hôtellerie et même dans les restaurants.

Itinéraire « classique » de 13 à 15 jours

La majorité des touristes rencontrés atterrissaient à Téhéran puis prenaient un vol pour Chiraz et remontaient tranquillement. Possibilité de faire l’inverse en descendant jusque Chiraz puis vol jusque Téhéran.

Cet itinéraire est subjectif et tout dépend du rythme de chacun, il ne faut pas oublier les temps de route qui sont assez long + temps d’installation à l’hôtel …

  • Teheran (2 jours)
  • Shiraz + Persépolis (2 à 3j)
  • Kerman + désert de Dash e Lut pour voir les kalouts (2 jours)
  • Yazd (2 jours)
  • Ispahan (3 jours)
  • Kashan + Village rouge d’Abyaneh + le désert de Maranjab (2 jours)

 

05102017-Presentation lac salé« Salt Lake », à côté du désert Maranjab

« Notre Itinéraire » de 20 jours (du 06 au 20 Septembre)

Nous avons pris le parti de ne pas rentrer dans Téhéran à notre arrivée le laissant pour la fin de séjour. Nous commencerons par « l’itinéraire classique » en descendant jusque Chiraz par bus. Puis remonter hors des sentiers battus par les Monts Zagros jusqu’au Kurdistan iranien.

Au bout de 10 jours, nous avons commencé à saturer de villes en villes, de mosquées en mosquées … aussi intéressant et riche soient elles. Les déserts de Maranjab et des Kaluts ont apporté du relief.

Notre deuxième partie de voyage dans la province du Kurdistan nous a permis de voir le pays sous un autre angle.

Note de voyage : Il nous arrivait souvent de laisser nos bagages à la réception de l’hôtel pour visiter ce que nous n’avions pu voir la veille puis repartions dans la foulée.
Cela permettait de ne pas perdre la journée pour 1 ou 2 heures de visites.

Aéroport de Téhéran, il est 23h nous prenons un taxi « non officiel » (découvert une fois arrivée à sa voiture) pour Qom.

  • Aéroport Téhéran : vol + visa + trajet ( 1 j )_ Trajet pour Qom 1h30 de taxi
  • Qom (1 jour) – Trajet pour Kashan 1h30 de bus
  • Kashan + Abyaneh + Désert de Maranjab (2 j) _ Trajet pour Ispahan 3h30 de bus
  • Ispahan (3 jours) _ Trajet pour Yazd 4h de bus
  • Yazd (2 jours) _ Trajet pour Kerman 6h de bus
  • Kerman (3 jours)
  • Chiraz + Persépolis (2 jours)
  • Kurdistan (4 jours) _ De Shiraz à Kermanshah _ 1000 km _ 16 h de bus!!
  • Téhéran (1 jour et demi)

Si j’avais dû apporter des modifications à notre itinéraire, j’aurai inclus le Kurdistan à partir de Kashan et reprendre la boucle à Ispahan ça nous aurait éviter les 16 heures de route.

Le récit de notre périple arrive très vite …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s