Fès, l’âme du Maroc

Nous ouvrons la porte de la plus ancienne et plus vaste Medina du monde arabe, impatients d’y découvrir ses nombreuses richesses.
Avant de déambuler dans ses ruelles, je voulais que mes louloutes ne retiennent pas uniquement de Fès que ses senteurs d’épices ou de cuir provenant des tanneries, mais bien son histoire.
Il fallait qu’elles ressentent l’âme de cette ville impériale, qu’elles s’imprègnent de l’atmosphère laissée par les caravaniers de passage.Fès est la deuxième ville du Maroc avec 1,2 millions d’habitants et la première ville islamique du pays.
Fondée à la fin du VII ème siècle, elle 
est considérée comme la capitale spirituelle et culturelle du royaume comme en témoignent les nombreuses mosquées et madrasas « écoles religieuses »

Même si Fès n’est certes plus la capitale du Maroc (c’est Rabat depuis 1912), elle reste inconditionnellement la capitale culturelle et spirituelle du Royaume à l’image de son emblème, l’université Al Quarouiyine.
Cette dernière a ac
cueilli de grands intellectuels à l’image d’Averroes ou le célèbre historien Ibn KHaldoun.

Ville millénaire certes, mais cela fait à peine 10 ans que Fès retrouve sa notoriété d’antan après avoir souffert d’une mauvaise réputation due à sa délinquance et son insécurité.
Notre majesté a donc décidé de prendre le taureau par les cornes en ordonnant « un grand nettoyage », redorant le blason de la ville.
Cette action a donné un nouveau visage à la ville en commencant par la restauration de Riads trop longtemps laissés à l’abandon.

J’ai l’impression que l’histoire de Marrakech se réécrit ici quelques années plus tard …

19052017-P1080522.jpgOn peut admirer le travail minutieux sur ces portes en bois précieux sculpté et ces « zelliges » colorées.
Info : Les mosquées ne se visitent pas pendant le temps de prière et Medersa El Bou-Inania, est l’une des seule à autoriser l’entrée aux 
non musulmans.

Tanneries

Célèbre dans le monde entier pour son cuir, Fès compte trois tanneries antiques, la plus connue et la plus ancienne est « Chouara » vieille de plus de mille ans.
Nous prenons le contre pied en évitant les rabatteurs « lourds dingues » qui donnent l’impression que l’accès à la tannerie Chouara » est payante alors que pas du tout !
Seul le guide qui vous expliquera les différentes étapes (libre à chacun d’en prendre un ou pas) attendra un pourboire en fin de visite.

Un peu par hasard sur la rue principale de la Medina « talaa kbira », nous tombons sur un « fendouk » qui travaille la peau de mouton, nous nous approchons discrètement, quand le tanneur nous fait signe de venir. Gentiment, il nous explique le « travail de rivière », la première étape du tannage qui consiste à retirer les poils ou la laine en fonction de l’animal, chèvre, vache ou mouton.
Comme souvent au Maroc, toute explication mérite salaire !

Pour la deuxième étape de tannage de ces peaux de bêtes, ce dernier nous suggère une petite tannerie du nom de « Hayna Zletane » difficile à trouver, des jeunes nous y ont conduits et GRATUITEMENT !

Cinq minutes de marche plus tard, nous arrivons à la tannerie.
Dés notre arrivée un travailleur s’est proposé de nous expliquer son travail laborieux et usant 100% fait main.
On assiste à la transformation de la peau animale à une pièce de cuir prête à devenir une paire de babouches, un sac ou autre.
Pour info les filles ont pincé leur nez tout le long de la visite à cause des odeurs de produits chimiques mélangés à la fiante de pigeons, épis de blé … peut être prévoir un foulard pour les plus sensibles.
Ne pas oublier que c’est un endroit de travail, libérez le passage au besoin pour ne pas déranger.

Les peaux sont lavées à l’eau de source

 

La Medina étant piétonne, ce sont les chevaux ou les ânes qui transportent les marchandises.
Conseil: A notre arrivée, nous avons loué les services d’un porteur de bagages que l’on peut trouver au niveau des portes d’entrées de la Medina. Par la même occasion il nous a servi d’éclaireur pour trouver notre Ryad, soyez généreux avec eux !

 

 

 S’y rendre

 

Vol au départ de Paris : Transavia, Jetairfly et Ryanair pour les low cost et Royal air Maroc la compagnie nationale.
Voiture : Enfants, nos vacances en destination du Maroc commençaient par ce long trajet jusqu’au détroit de Gibraltar où nous prenions le bateau à Algeciras. Très bons souvenirs d’ailleurs, cela peut être une alternative pour les moins pressés.
Car: Option peu coûteuse (surtout l’été), de la compagnie la plus standard à la plus confortable, (il faut compter 40 heures de voyage environ).

L’aéroport de Fès se trouve à moins de 20 Minutes, compter 150 dirhams le taxi.

Circuler à Fès :
* Dans la vieille ville, une bonne paire de baskets vu que les ruelles sont interdites aux voitures.
* Fès el jdid, ce sera en petit taxi rouge, limité à 3 personnes (à 4 donc 2 taxis).
* Pour visiter la région, plusieurs options : les grands taxis blancs, les bus ou les trains (site ONCF)

Scènes de vie dans la Medina 

 

Meilleure période

Coincée entre le Massif du Rif et le moyen Atlas, les hivers à Fès sont assez rudes avec des températures pouvant descendre en dessous de 0°C, à contrario, l’été peut être suffoquant en atteignant parfois 45°C.
Pour ce cas précis, le roi ne pourra rien faire!

Avril, Mai, Septembre et Octobre me semblent être les meilleurs mois en terme de climat.
Néanmoins, fin Mai se situe à la limite, notre dernier jour à cette période s’est avéré « muy caliente ».
Pour avoir une idée, à 40° dans la voiture de mon paternel sans clim, on avait moins chaud les fenêtres fermées!

Le jardin Jnan Sbil, qui a rouvert récemment après s’être refait une beauté

 

Se loger

Dans la Médina, l’option la plus répandue reste les Riads, il y en a pour tous les budgets et tous les goûts, un large choix sur booking.com

Pas testé mais dormir chez l’habitant peut s’avérer être une expérience très enrichissante.

Dans la ville nouvelle, vous trouverez tous les hôtels; perso je trouve l’environnement sans charme.

Notre choix pour 2 nuits (3 jours), s’est porté sur le Riad Sabah fraîchement rénové que nous avons trouvé top à tous les niveaux  : emplacement, équipe, déco, confort et en prime une piscine!
Prix : Nous sommes passés en direct (par téléphone) en se basant sur le prix booking, nous avons négocié le lit supplémentaire à moindre frais.

Le petit déjeuner marocain, servi au bord de la piscine dans le patio est composé de « harcha » (galette de semoule ou « baghrir » (crêpes au mille trous) ou « msemen » (mes crêpes préférées) accompagnés de miel, huile d’olive ou fromage avec un bon thé a la menthe et un  jus d’orange.

Se nourrir

Bon, je ne serai pas très objective car je trouve que la cuisine marocaine de ma maman est la meilleure !
De nombreux restaurants à touristes proposent des tajines, pastillas, couscous… pas représentatifs de la gastronomie « fassie » reconnue dans tout le Maroc et même au-delà.
Sur les conseils d’un agent de police (un autochtone), nous avons mangé dans un restaurant où les plats étaient d’une tristesse… (fades comme pas permis), pour ne pas le citer, c’est le 1er resto tout de suite à droite de la porte Boujloud!

Quelques spécialités typiquement fassies:
° la fameuse pastilla, je parle de la version traditionnelle, à base de pigeon. Les restaurants proposent de nombreuses variantes aux poulets, aux fruits de mer…
° le tajine de poulet aux olives cuisiné avec des citrons confits et du safran.
° le « rlih » (de la viande séchée), méconnu mais très apprécié des marocains se déguste au petit déjeuner mélangé dans une omelette. Attention c’est hyper gras !

Notre Ryad se trouvait dans le « quartier » des maraîchers et des bouchers, il fallait avoir le coeur bien accroché en arpentant la rue avec ses têtes de moutons suspendues tant convoitées par la ribambelle de mouches…

Je ne comprends pas ce jeu de regard, ma chérie as-tu l’intention de te servir sans demander ??

A voir

* La Medina ou vieille ville en français, la plus grande au monde dans laquelle on ne risque pas de s’ennuyer. C’est un labyrinthe à ciel ouvert avec ses 9500 ruelles entourées de remparts.
Passionnante, animée, artistique, tout y est pour aller de découverte en découverte.

* L’université Al Quarouiyine, la plus ancienne au monde témoigne de la richesse intellectuelle et spirituelle qui règnait à Fès, il y a un millénaire déjà.

* Les madersas, nombreuses dans la ville, rappellent la spiritualité qui régnait, les plus importantes sont Bou Inania et Al-Atarine.

* Les tanneries tout le monde connait les bassins colorés de « Chouara », cependant nous décidons de nous rendre dans une plus petite tannerie (beaucoup moins touristique) qui se trouve rue Talâa Kbira. Le contact avec le guide était authentique, il se donnait à fond pour répondre à toutes nos questions et nous a laissé libre de lui donner ce que l’on souhaitait pour le remercier.

* Fondouk Nejarrine pour son musée des arts et métiers du bois et sa fontaine qui est la plus jolie de Fès.

* La Zaouia (mausolée) de Moulay Idriss II, fils de Moulay Idriss I, fondateur de Fès. Il y a pas mal de mausolées au Maroc et n’ai jamais compris la ferveur de certains marocains qui vénèrent ces défunts, ce qui est contre la religion musulmane. D’ailleurs, en nous y rendant, un homme s’est approché de nous en nous souhaitant pleins de bonnes choses, mon père nous a discrètement expliqué qu’il fallait lui donner de l’argent pour qu’il cesse ses invocations, il aurait pu continuer très longtemps avec nous!

* Dar Al magana (=maison Horloge), dont la particularité est son horloge au mécanisme très ingénieux qui fonctionnait à l’aide de roues à eau.

* Le jardin Jnan Sbil, situé dans Fez el-jdid (ville nouvelle) est un petit coin de quiétude qui permet de s’échapper un court instant de la frénésie de la Medina.
Lors de notre passage, le festival de musique s’y était fait une place à l’ombre des hêtres.

* Une superbe vue panoramique sur la ville de Fès, que l’on peut observer au sommet de la colline en dehors de la Medina. Le reste de quelques ruines et de tombeaux Mérinides sont laissés à l’abandon.
Pour s’y rendre : En taxi (15 Dh la course) ou à pied, compter 20 bonnes minutes mais attention ça monte !

A noter:
Toutes les visites (mentionnées) se font sans soucis à pied, peu importe où l’on se trouve dans la Medina. Il nous est arrivé de demander notre chemin à des enfants qui connaissent les ruelles comme leur poche pour nous guider dans ce labyrinthe, en échange d’un petit cadeau…

20052017-P1080831


Petites idées de visite pour un séjour de 3 jours à Fès :

Jour 1 : La ville qui se divise en 3 secteurs, la Medina (la vieille ville), la nouvelle ville et le quartier Royal
Jour 2 : La forêt d’Asrou pour ces macaques puis continuer jusque la ville d’Ifrane
Jour 3 : Un saut à Meknes et Volubilis

Bye bye Madame l’impériale, nous te quittons pour ta rivale Meknès…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s